Neuroplasticité : Les Thérapies Incontournables 🧠

Passé un certain âge, l’être humain commencerait à perdre des neurones, sans aucun espoir d’en générer de nouveaux. Réjouissez-vous, c’est complètement faux ! Il a fallu attendre le milieu des années 90, pour que des études scientifiques démontrent enfin la neuroplasticité. Bonne nouvelle : soigner son cerveau est possible à tous âges et handicaps ! Qu’est-ce que la neuroplasticité et quelles sont les thérapies incontournables qui en découlent ? Hello La Terre fait le point sur la neuroplasticité.

Neuroplasticité : la définition

La neuroplasticité est le terme scientifique pour désigner la plasticité cérébrale. Derrière ce nom barbare, il s’agit tout simplement de la capacité du cerveau à se modifier et à se remodeler tout au long de la vie. Contrairement à ce que pensaient les spécialistes pendant 400 ans, le cerveau n’est pas du tout une machine figée ! Mieux, le ciboulot est totalement élastique, quels que soient l’âge et les soucis de santé. Oui, vous avez bien lu. Il est possible d’agir sur votre cerveau, sans chirurgie. Pour preuve, certaines personnes arrivent à vivre tout à fait normalement, avec seulement un demi cerveau. Incroyable mais vrai : leur cerveau s’est réorganisé tout seul pour continuer de fonctionner normalement. Avec la neuroplasticité, l’espoir est de mise pour améliorer le bien-être et traiter de nombreux troubles psychologiques et physiques. Une large palette de thérapies contribuent à remodeler le cerveau en douceur.

Des applications prometteuses en psychologie

Au-delà de renforcer la mémoire, on comprend vite que remodeler son cerveau peut aider à traiter certains troubles psychologiques. La neuroplasticité donne une longueur d’avance. Là où une psychothérapie classique ou une psychanalyse peuvent durer plusieurs mois à plusieurs dizaines d’années, les effets des thérapies PNL et EMDR pratiquées en hypnose, comme la PNL et l’EMDR, sont souvent très rapides. Moins d’une dizaine de séances peuvent suffire pour se sentir mieux. Mais chaque cas est unique et ces thérapies ne se substituent pas à un traitement médical. Aussi, elles ne peuvent pas venir à bout de maladies psychiatriques graves et/ou incurables, comme la schizophrénie ou la bipolarité.

Quelles sont les thérapies qui s’appuient sur la neuroplasticité ?

Basées sur la neuroplasticité, de nombreuses thérapies pratiquées via l’hypnose ont vu le jour pour soigner le corps et l’esprit. Parmi elles, se distinguent 2 thérapies majeures : la PNL (programmation neuro-linguistique) et l’EMDR (eye movement desensitization and reprocessing). De nombreuses théories médicales ont aussi vu le jour comme le STM (syndrome de tension musculaire) qui a connu le jour aux Etats-Unis. 

La PNL : programmation neuro -linguistique 

Non, nous ne traiterons pas ici du groupe de rap PNL originaire de la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes, mais bel et bien d’une thérapie prometteuse ! La programmation neuro-linguistique (PNL) a été créée dès 1972 par le psychothérapeute mathématicien Richard Bandler et le professeur de linguistique John Grinder. La PNL est un vaste champs d’étude de la neuroplasticité. Des créateurs ont longtemps eu l’intuition de la neuroplasticité, sans être à l’époque en mesure de pouvoir en prouver alors l’existence. La PNL est une thérapie brève qui propose de prendre du recul sur les réactions humaines. Elle observe le comment plutôt que de chercher le pourquoi (au contraire de la psychanalyse). En explorant les comportements en profondeur, cette discipline permet au patient de modifier ses comportements ou de les reproduire en pleine conscience. La PNL reprogramme notre cerveau dans le sens où elles nous aide à reproduire et programmer nos propres modèles de réussite. En quelques séances, cette thérapie améliore l’image de soi et des autres, dopant la confiance en soi.

L’EMDR contre le stress post-traumatique

Egalement basée sur la neuroplasticité, la thérapie EMDR (eye movement desensitization and reprocessing) pratiquée en hypnose s’avère, elle, très utile dans les cas de stress post-traumatique (SPT).

La naissance de l’EMDR

Découverte par hasard dans les années 80 par la thérapeute américaine Francine Shapiro et pratiquée par des psychothérapeutes et des hypnothérapeutes spécifiquement formés, l’EMDR est une thérapie de désensibilisation et retraitement de souvenirs douloureux par les mouvements oculaires. D’autres méthodes utilisent le son et le “tapping” (tapoter le patient). Si à partir de 1987, les soldats américains du Vietnam et les victimes d’abus sexuels ont été les premiers à bénéficier de l’EMDR, cette thérapie est indiquée pour tout trauma. Alors que se passe-t-il lors d’une séance d’EMDR ? Après une première séance de dialogue pour identifier les souffrances actuelles et le traumatisme en cause, les patients sont invités à se remémorer des épisodes difficiles de leur passé tout en réalisant des mouvements oculaires, guidés par le praticien. Chaque fin de séance se termine avec un point sur la progression du patient vers un mieux-être.

Définition du SPT : le stress post-traumatique

Le SPT, stress post-traumatique, qu’est-ce que c’est ? C’est un ensemble de troubles qui apparaissent chez certains individus suite à un événement traumatisant. Hantées par de terribles souvenirs sous forme de flash back et cauchemars, les victimes de stress post-traumatique sont souvent incomprises de leur entourage. Elles souffrent de réminiscences désagréables et envahissantes, activées de manière impromptue devant tout stress (petit ou majeur). Elles souffrent de phobies, se sentent souvent paralysées par la peur et chamboulées devant un petit stress du quotidien, que d’autres vivraient au contraire très bien.

Guérir le mode d’activation par défaut du cerveau

Pratiquée lors de séances d’hypnose, une séance d’EMDR ressemble presque à un tour de magie. Alors comment cela fonctionne ? Depuis le trauma, le cerveau des malades victimes de stress post-traumatique est différent. Il reste en état d’hypervigilance, car il n’a pas assimilé l’arrêt de la situation à l’origine de ce trauma. En conséquence, le moindre évènement stressant plonge les victimes dans l’angoisse et la panique. Jusqu’à parfois entraîner des dépressions accompagnées de troubles psychosomatiques prégnants. L’EMDR traite justement ce mode d’activation du cerveau par défaut défaillant :l’activité du cerveau au repos. Chez ces victimes de violence physique et/ou psychologique, l’EMDR remodèle le cerveau en rangeant les souvenirs. Encore mieux, elle aide à rétablir le bon fonctionnement du mode automatique du cerveau par défaut. Mais les effets de l’EMDR ne se limitent pas à un mieux-être. Cette thérapie contribue également au traitement de certains troubles douloureux chroniques comme la fibromyalgie, souvent présente chez les victimes de SPT.

L’EMDR soigne le corps et l’esprit

Les effets de l’EMDR vont bien au-delà d’un bien-être psychologique. Cette thérapie guérit également le corps. Les études prouvent en effet qu’une très grande majorité des victimes de stress-post-traumatique développe des troubles psychosomatiques. Heureusement, rien n’est réellement figé malgré l’intensité de la douleur physique et du traumatisme. Après une thérapie EMDR bien conduite, associée à un suivi médical, ces troubles peuvent diminuer, voire totalement disparaître. Peu à peu, le corps ne ressent plus le besoin de se mettre en état d’alerte pour faire face à une situation stressante, selon le même processus archaïque qui mène l’antilope à la fuite ou au combat, à la vue d’un prédateur.

Le syndrome de tension musculaire

Le professeur John Sarno, professeur de médecine à l’université de New York, affirme de son côté que les états d’alerte du corp sont une réelle stratégie pour détourner l’attention de l’individu. Ce médecin est convaincu de l’existence du syndrome de tension musculaire (STM). Ce dernier éviterait à l’être humain de devoir faire face à une souffrance psychologique refoulée, dont il n’a pas conscience. Même si cette approche est loin d’être reconnue, elle apporte un éclairage sur les liens entre le corps et l’esprit. “Charlatan” pour les uns, “sauveur” pour d’autres, John Sarno explique dans son livre Le meilleur anti-douleur c’est votre cerveau, les manifestations du syndrome de tension musculaire, son fonctionnement ainsi que la méthode de guérison qu’il a créée.

Dans cet ouvrage, il évoque de nombreux troubles corporels en lien avec les émotions, faisant partie selon lui du STM :

  • Les TMS (troubles musculosquelettiques) : lumbagos, tendinites, contractures musculaires…
  • Les troubles douloureux chroniques comme la fibromyalgie (réputée incurable).
  • Les maux de ventre : spasmes, digestion difficile.
  • Les migraines de tension.
  • Les vertiges liés aux tensions cervicales.
  • L’aggravation des douleurs liées à certaines maladies auto-immunes, qui génèrent de l’inflammation dans le corps (comme par exemple l’endométriose, maladie gynécologique chronique et incurable)
  • La survenue de cancers, d’asthme, mycoses, scoliose…

D’autres techniques brèves comme les TCC (thérapies comportementales et cognitives) et autres traitements d’hypnose se basent également sur la neuroplasticité pour soigner les troubles psychologiques et physiques. Mais au-delà des thérapies, utiliser la neuroplasticité au quotidien est très facile.

Comment favoriser la neuroplasticité au quotidien ?

Apprendre à tout âge

Alors comment s’accomplit ce petit miracle de la neuroplasticité ? On peut en avoir l’intuition sans porter pour autant de blouse blanche. Ce sont nos expériences vécues et nos apprentissages qui modèlent continuellement notre cerveau. Réduire petit à petit le temps passé sur Netflix et autres activités passives, au profit de la lecture et des jeux, est un premier pas. Car muscler régulièrement nos méninges accroit le nombre de connexions entre nos quelques 90 milliards de neurones. Et ce n’est pas fini. Cet apprentissage fréquent conduit également à la production de nouveaux neurones dans le cerveau, tout au long de la vie. Que vous ayez 5 ans ou 95 ans, se tourner régulièrement vers de nouvelles activités est en conséquence toujours bénéfique ! Il est aussi démontré qu’apprendre à tout âge de nouvelles choses prévient des effets du vieillissement. Entrainer régulièrement ses méninges renforce la mémoire et protège, selon certains scientifiques, des troubles neuro cognitifs, comme la maladie d’Alzheimer.

Varier les plaisirs

Apprendre à jouer du violon, du didgeridoo ou s’initier à la tapigami, ou encore étudier les bases de l’ouzbek. Se lancer dans ces activités à 30 ans passés sera certes ardu mais un apprentissage possible. Alors pourquoi ne pas profiter du confinement pour vous inscrire aux cours en ligne d’origami (l’art du pliage de papier, très pratiqué au Japon) ou visionner des vidéos de Do It Yourself (bricolage) écolos ? 

La curiosité n’est pas un vilain défaut

On l’a tous vécu : non pratiqué, l’allemand appris à l’école dès la sixième semble n’avoir laissé aucune empreinte en vous. Les pianistes le savent aussi. Déchiffrer une nouvelle partition, jouer et rejouer leurs morceaux favoris ne cesse de muscler leur mémoire. Idem chez les conducteurs de taxi londoniens, dont le cerveau se transforme de manière incroyable, avec l’obligation d’apprendre par cœur le plan des 25 000 rues de Londres et les trajets. Au contraire, ne plus activer une fonction cérébrale acquise par le passé amène petit à petit à sa dégradation fonctionnelle. En conséquence, essayez de ne jamais cesser d’être curieux et votre cerveau vous le rendra !

La neuroplasticité est aussi une rampe de lancement vers le bonheur

😊Les bénéfices de la neuroplasticité ne s’arrêtent pas là. Cerise sur le gâteau : outre la santé, mieux se connaitre et mieux comprendre le fonctionnement de son cerveau propulse sur la voie du bonheur et de la paix intérieure. Vous l’aurez compris. Comprendre et étudier la neuroplasticité du cerveau est incontournable pour doper la confiance en soi, le bien être et la santé !

👉Découvrez en quoi le livre de psychologie positive La fabrique à kifs est une mini bible du bonheur indispensable, écrite par Florence Servan-Schreiber, Audrey Akoun et Isabelle Pailleau.

👉Nos sources pour écrire cet article sont les ouvrages passionnants :

Partager
À lire aussi
1 Commentaires
  1. Pingback: Hello La Terre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BIENVENUE SUR HELLO LA TERRE

Pourquoi l’écologie mène au bonheur et inversement ?
Pourquoi sauver la planète doit aussi passer par l’amour de soi et de l’autre ?
C’est pour trouver des réponses que j’ai créé Hello La Terre, le blog et l’agence de création de contenus.
Au plaisir d’échanger !
Aurélie

Aurelie Brunet